Les yeux du dragon

4500,00 €
Réf: vn-1

Longueur  49,00 CM
Hauteur  29,50 CM
Ajouter au panier
DESCRIPTION

Pièces d'architecture de plus de 200 ans.

 

Une caractéristique importante de la maison traditionnelle de Hội An est la présence d'une paire de "yeux du dragon" en bois accrochés souvent au dessus de sa porte d'entrée. Parfois on les retrouve à l'intérieur de la maison. On recense au moins une vingtaine de modèles ayant chacun une forme différente: un rond, un octogone etc... mais le plus commun trouvé reste le chrysanthème à huit pétales correspondant aux 8 caractères trouvés dans le Yi King (Kinh Dịch) et ayant à son centre le symbole du Yin et du Yang (Âm Dương). Ces yeux du dragon sont aussi un détail important que l'architecte polonais Kazimierz Kwiatkowsky (Kazik)  n'a pas laissé s'échapper au moment où il avait l'occasion d'examiner l'architecture de Hội An, en particulier celle de ses maisons traditionnelles. Certains spécialistes trouvent dans ces yeux l'incarnation de l'âme de la ville Hội An tandis que d'autres attribuent à cette paire l'allégorie de la culture et de la tradition orientale. Selon l'écrivain Hữu Ngọc, les chercheurs ont trouvé leur origine à partir des clous en bois dont on est habitué à voir la fixation dans les linteaux des portes d'accès aux temples bouddhistes dans le Sud de la Chine. Personne ne conteste cette explication relative à leur origine mais on est amené à penser que cette paire d'yeux revêt plutôt une signification très spéciale, un caractère spirituel ou religieux que le propriétaire aimerait lier à son destin lors de son installation. Pour ce dernier, ces yeux ont la faculté d'entendre les réflexions de chaque membre au sein de la famille et de capter aussi tout ce qui s'est passé autour de la maison et au coeur même de sa propre vie. Il faut se rappeler qu'avant d'être sinisés, les gens de la région du Sud de la Chine faisaient partie du groupe Bai Yue (Cent Yue). Analogues aux Vietnamiens, ils étaient animistes car ils croyaient qu'il existe une force vitale, une âme animant tous les êtres naturels ou non (y compris les objets). (Vạn vật hữu linh). Ce culte perdura depuis la nuit des temps. Ces yeux du dragon sont en quelque sorte ceux du génie protecteur de la maison.

On retrouve le même culte chez d'autres peuples: dvàrapàla (gardien de la porte) (Hộ pháp) chez les Cham. Les Vietnamiens n'échappent pas non plus à ce culte ainsi que les Thailandais et les Cambodgiens. C'est le cas des génies du bien et du mal qu'on trouve souvent à l'entrée de la pagode. On est habitué à voir aussi sur la proue des barques vietnamiennes ces deux yeux censés de se prémunir contre les esprits malfaisants lors de la navigation maritime. Etant utilisée pour protéger les gens contre la pluie et la chaleur, la maison traditionnelle semble être toujours un objet inanimé. Pourtant, en lui offrant ces deux yeux du dragon, le propriétaire réussit à la rendre vivante et à lui donner une âme. Les Vietnamiens ont l'habitude de dire "Đội mắt là cửa sổ của tâm hồn (Les yeux sont la fenêtre de l'âme)". Puisque elle a une âme, elle ne montre plus son indifférence mais elle devient ainsi plus affective si bien que le visiteur ne peut pas rester insensible à l'atmosphère chaleureuse et à l'hospitalité que le propriétaire aimerait lui réserver lors de sa visite. C'est à travers ces yeux du dragon qu'on découvre le talent inouï de celui qui a pris l'initiative de les créer. Cela permet aux maisons traditionnelles de Hội An d'être imprégnées désormais d'un charme architectural indémodable qu'on ne trouve pas dans le Sud de la Chine ni alleurs.

 

Poser une question sur ce produit