Coiffe traditionnelle de femme Akha
Zoom


Coiffe traditionnelle de femme Akha
Réf: vn-77

Prix:
700,00 €
Hauteur  59,00 CM
Description du produit

Coiffe traditionnelle de femme Akha. Origine nord Laos. Plus de 80 ans, pièce sur socle.

 

Les Akhas sont une minorité Lao originaire de Chine (Tibet) et ayant migré vers le Laos, la Birmanie et la Thailande entre le 16ème et 17ème siècle. Ils auraient fuit les rébellions politiques, le vol de bétail et les pillages des villages.

Ils font partie des minorités montagnardes du Laos (vivant entre 700 et 1700 m d'altitude), et seraient environ 400 000 dans la région, répartis en de nombreux sous-groupes éthniques, vivant essentiellement d'une agriculture de subsistance (mais, riz, élevage).

Malgré de nombreux sous-groupes éthniques les Akhas ont de nombreuses croyances communes, formant un "socle commun de traditions", toutes transmises exclusivement oralement, vue que les Akhas n'ont pas d'écriture.
Les Akhas sont animistes, et ont un grand respect pour tous les êtres vivants qui les entourent, et chacun de ces êtres est protégé par un esprit. Les Akhas ont d'ailleurs une "porte d'entrée du village" qui à un rôle symbolique fondamental pour séparer les humains, leurs âmes, et leurs esprits de ceux du monde extérieur. Et, contrairement à ce que l'on pourrait croire, il ne faut surtout pas passer sous cette porte !!
Une autre originalité de cette societé pourtant très traditionaliste, et patriarcale (le pouvoir est au mari, qui le transmet à son fils à sa mort,...) est que les jeunes gens ont une certaine liberté sexuelle avant le mariage ! Ils peuvent se rencontrer dans des maisons spéciales dédiées aux rencontres pré-nuptiales !

Pour demander en mariage, par contre, il y a une cérémonie bien formelle, qui se fait, ici, au sommet du village, près de l'école, sur une balançoire ! La balançoire ressemble un peu à un tipi, sans toile de tente, au centre duquel est accrochée une corde à laquelle on se balance. Les villageois se balancent tour à tour et si un homme et une femme se balancent ensemble alors c'est une demande officielle.
Les Akhas se marient adolescents, et la polygamie est tout à fait autorisée.

Les Akhas sont surtout reconnaissables pour leur vêtements traditionnels, de coton, chatoyants et colorés. Les femmes tissent le coton à la main, et le teignent ensuite couleur indigo.

Mais, la pièce la plus impressionnante de leur tenue est sans nul doute leur coiffe, qui permet en plus de définir le statut marital et la place dans la société de la femme.

Vers l'âge de 12 ans, les filles échangent le foulard qui leur sert de chapeau pour une coiffe de jeune fille, puis, un peu plus tard, elles porteront la coiffe d'adulte.

Ces coiffes permettent aussi de distinguer les différents groupes éthniques Akhas, et elles sont spécifiques à chaque femme qui se les fabrique elle-même. La richesse de la femme est définie par la quantité d'objet en argent qu'elle possède sur sa coiffe. Certaines vendaient toutes leurs maigres possessions pour pouvoir rajouter un grelot ou une pièce en argent à leur coiffe. La plupart des tuniques et des chapeaux sont décorés de pièces coloniales françaises.