Masque Djimini
Zoom
Masque_Djimini_52d3939a52f22.jpg m-273_12.jpg m-273_11.jpg m-273_10.jpg m-273_9.jpg m-273_8.jpg m-273_7.jpg m-273_6.jpg m-273_5.jpg m-273_4.jpg m-273_3.jpg m-273_2.jpg
Masque_Djimini_52d3939a52f22.jpg


Masque Djimini
Réf: m-273

Prix:
550,00 €
Hauteur  39,00 CM
Description du produit

Masque Djimini de Côte d'Ivoire. Pièce ancienne de plus de 30 ans. Pièce sur socle.

Les communautés islamisées qui vivent de leur commerce et de leur artisanat dans de vastes régions du nord de la Côte d’Ivoire, où elles se mêlent à des populations non musulmanes, ont une institution, appelée do ou lo, qui se manifeste en public essentiellement par le biais de danses masquées hautes en couleurs. Dans la région de Bondoukou, qui fut autrefois un important centre de commerce, cette tradition du masque est répandue chez les Hwela, les Diula et les Ligbi qui parlent une langue mande. Depuis les années cinquante, on assiste à vrai dire à un recul de l’utilisation du masque, une pratique liée à la célébration de grandes fêtes islamiques, notamment aux festivités de l’aïd-el-fitr, qui marquent la fin du ramadan. C’est en effet par l’exhibition des masques, qui débute en fin d’après-midi et qui s’accompagne de chants et de danses, que les fidèles expriment traditionnellement la joie que leur procure la rupture du jeûne. Ce masque classique rappelle par sa forme les masques kpeliye’e des Senufo, qui s’inspirent du reste vraisemblablement de ce type de masque. La grâce des traits du visage, la précision d’exécution des scarifications sur le front et les joues, le soin apporté à la coiffure - semblable à celle que les femmes musulmanes portent les jours de fête - contribuent à faire de ce masque la représentation d’un idéal de beauté féminine. Pour compléter cette image, les masques sont huilés, maquillés et ornés de bijoux d’or et d’argent, avant que les danseurs masqués, enveloppés de costumes de fête, ne donnent leur spectacle.