Masque Gouro
Zoom


Masque Gouro
Réf: m-740

Prix:
700,00 €
Hauteur  40,50 CM
Description du produit

Masque de danse Gouro. Pièce de plus de 40 ans. Livré sur socle.

 

La tradition des masques Zahouli est née dans les années 50 dans le pays Gouro, en Côte d'Ivoire.

Les danseurs des masques Zahouli
Le masque se rencontre dans toutes les sociétés humaines, dès lors que l’homme accède à la culture. Il peut symboliser les dieux, incarner la beauté et l’effroi, ou encore exprimer l’illusion, mais aussi le calme, l’ordre et la sérénité. En Afrique Noire, la sculpture des masques est une dominante artistique majeure, caractérisée par son incroyable diversité. Elle est particulièrement présente en Côte d’ivoire, d’où sont originaires les artistes du groupe des masques Zahouli et Flaly.

Les danseurs des masques Zahouli
Il se crée sans cesse des masques Zahouli, car il n’existe pas de limite, et bien que chaque masque ait une symbolique qui lui est propre ainsi qu’une forme originale, on en distingue généralement trois catégories : masques anthropomorphes, zoomorphes et anthropozoomorphes, selon qu’ils représentent des animaux, des humains, ou un mélange des deux. Tous sont peints dans des couleurs vives et ouvragés, et le style « patine ancienne » sur ce type de masque serait non seulement injustifé, mais également la preuve qu’ils ne sont pas « authentiques » : car leur caractère neuf et récent est le gage d’un art en perpétuelle évolution, acceptant changements et innovations.
La tradition des masques Zahouli est née dans les années 1950 en pays Gouro. Ils tirent leur nom de la danse qu’ils accompagnent: le Zahouli, littéralement « flle de Djela ».
L’histoire veut qu’un habitant de Zrabi Sehifa, en territoire Gouro,
se soit un jour rendu dans un village voisin et y ait observé la danse typique : le boulou. Il s’en serait alors inspiré pour créer à son retour Zahouli, dont la beauté l’a rendue si populaire qu’elle a été adoptée d’abord dans tous les villages du Gouro, avant de s’étendre à l’ensemble des Ivoiriens.

Les danseurs des masques Zahouli
Le Zahouli est une danse de réjouissance exécutée lors de fêtes et de funérailles, et compte parmi les plus gracieuses de Cote d’ivoire. Elle a notamment pour but de renforcer la solidarité entre les lignages et les clans, ainsi que d’accroître la productivité du village.
Zahouli est une déesse de la beauté, et les chants en son honneur se rapportent à un déf lancé par une couleuvre à un oiseau. D’ailleurs, l’artiste qui l’exécute ne se lance-t-il pas un déf à lui-même ?
Il doit en effet révéler son talent par sa diversité, son originalité ainsi que l’exécution des pas et des fgures qu’il réalise, car la danse Zahouli a une règle absolue : ne jamais, ô grand jamais répéter le même pas, au risque de se discréditer.
L’orchestre qui accompagne cette danse si particulière est composé de voix, de percussions et d’instruments à vents, et égrène les sons caractéristiques de la musique du Zahouli. Le rythme de chaque pas est d’abord suggéré par une chanson, qui charme l’assistance et la met en émoi. Au chanteur viennent bientôt s’ajouter trois fûtes : la petite, la femelle et le mâle, qui lancent leurs sonorités claires avant que n’interviennent les percussions.
Cinq tam-tam, des grelots et des balafons s’ajoutent ensuite à la mélodie. Alors, et seulement alors, peut apparaître dans toute sa splendeur le masque Zahouli...