Masque cimier Ijo

1200,00 €
Réf: m-417

Longueur  66,00 CM
Ajouter au panier
DESCRIPTION

Masque cimier Ijo du Nigéria. Pièce ancienne de plus de 50 ans. Livré sur socle.

 

Les traditions de masques chez les Ijo sont nombreuses et peuvent fortement différer d'une aire à une autre.

Rappelons que ce peuple compte plus de 15 millions de personnes réparties sur plusieurs grandes aires géographiques, et que selon le lieu, les cérémonies de masques se déroulent de manières différentes.

De même, les masques ne sont pas investis de façon identique. Toutefois, l'une des constante est de renforcer les valeurs qui sont celles de ce peuple.

On remarque combien l'aspect et le caractère de certains masques accordent une importance à l'épanouissement de la masculinité. Si les guerres locales ont cessé (quoique...) le symbolisme lié à la violence des affrontements marque encore ces masques.

 

Masque cimier figurant des esprits de l’eau (bini oru) chez les Ijo du delta du Niger. Pour eux, certains esprits résident dans des cités particulières situées sous l’eau. Ils peuvent aussi être amphibies.
Les Ijo pensent que la plupart des esprits des eaux, qui sont des esprits joueurs, ont un rôle utile et bienfaiteur. Ainsi, de nombreux masques vénèrent ces esprits. Les esprits de la brousse, de la terre, expriment des concepts en général plus négatifs.

Le masque cimier présenté, qui se porte à l’horizontale, figure une sorte de vaisseau. Vu de dessus, au centre, un disque forme un visage duquel jaillissent deux grands yeux tubulaires. La surface est habitée, depuis l’arrière, par un oiseau picorant un serpent, lequel lové à l’arrière du visage passe la tête entre les yeux et mord la queue d’un crocodile. ce type de figuration permet de dire que l’objet provient de chez les Ijo du delta. L’ensemble, monoxyle, est sculpté dans un bois mi-dense. La surface est de teinte noire, ponctuée de pigments blancs sur les yeux du visage, du crocodile et du serpent.

Ce type de masque est devenu rare à trouver au Nigeria. Cependant, on peut le voir danser lors des cérémonies festives des Ijo, aujourd’hui plus connus pour leurs luttes revendiquant leur part de bénéfices des exploitations pétrolières du delta du Niger.


Poser une question sur ce produit