1462352124608.jpg
Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé Statue Songuyé

Statue Songuyé

2500,00 €
Réf: sf-972

Hauteur  80,00 CM
Ajouter au panier
DESCRIPTION

Statue fétiche Songuyé du Congo RDC. Pièce de plus de 50 ans.

 

Collection Michel Lair, ancienne collection Guenneguez.

 

Les statues mankisi (sing. nkisi) des Songye font partie d’un très vaste complexe d’objets-force (on dit à nouveau de « fétiches ») qui recouvre le cadran sud-ouest du Congo au sud du Kasaï, ainsi que de vastes zones culturelles s’étendant sur plusieurs centaines de kilomètres encore plus au sud de cette aire en Angola et en Zambie. Tous les objets dont le nom dérive de la racine bantoue -kisi, qu’il s’agisse de masques, de sculptures, d’objets amorphes ou parfois même d’objets trouvés, des Kongo aux Songye, des Solongo aux Lunda en passant par les Chokwe, ont ceci de commun qu’on les dit animés d’une force particulière, d’un esprit, que l’on met à contribution lors de différents rituels. Ces rituels peuvent être en relation avec l’initiation des jeunes gens, l’exercice du pouvoir, la médecine ou la sorcellerie. Les mankisi des Songye, comme la plupart des objets de ce type, sont (car ils sont toujours en usage) « chargés » au moyen de substances magiques qu’ils nomment bishimba et qui ont des vertus symboliques soit métaphoriques, soit métonymiques. On retrouve ces substances magiques fichées dans les sculptures dans ce qui représente les orifices du corps humain : anus, bouche, oreilles, etc., mais aussi dans ce que les Songye considèrent comme d’autres « portes d’entrée », le nombril et la fontanelle par exemple. C’est souvent une corne d’animal entièrement chargée de bishimba que l’on plantera dans la partie sagittale de la tête de la sculpture pour en activer l’esprit. La fonction première des grandes statuettes mankisi des Songye est de protéger l’ordre social du village, ensuite de protéger et éventuellement de guérir des individus. Le nkisi est manipulé par un spécialiste qu’ils nomment nganga. Ce dernier a probablement autant de responsabilité dans l’efficacité de l’objet-force que le sculpteur, car c’est lui qui prépare toutes les charges magiques, applique toutes les pièces métalliques que l’on retrouve traditionnellement sur les mankisi, les parures, les vêtements et autres accessoires.

Poser une question sur ce produit