Stèle Bura

1350,00 €
675,00 €
Réf: tc-61

Hauteur  59,00 CM
Ajouter au panier
DESCRIPTION

Stèle Bura. Pièce ancienne de plus de 800 ans. Origine Niger. Pièce sur socle.

Mis au jour à partir de 1983 par une fouille scientifique menée par l'Institut de recherches en sciences humaines (I.R.S.H.) du Niger, les objets dits de Bura sont constitués de grandes jarres funéraires, tubulaires ou ovoïdes, surmontées de têtes, personnages ou même cavaliers en terre cuite. Provenant de cette région sont aussi commercialisées des sculptures en pierre, dont seuls quelques rares exemplaires ont été trouvées lors des fouilles officielles.

Les têtes de ces figurines sont généralement plates, de forme rectangulaire ou oblongues. Un grand nombre d'entre elles a été représenté avec des scarifications et les bustes portent fréquemment en bandoulière des sortes de baudriers entrecroisés d'enfilage de perles, supportant des carquois et des armes. Des bracelets ont été ajoutés sur les bras. Les jarres sur lesquelles ces statuettes étaient fixées sont décorées d'incisions. Certaines poteries forment le corps même du personnage avec la représentation des membres supérieurs en haut-relief.

Ce haut vase tubulaire, dont l’ouverture est conçue comme une base, constitue la partie inférieure d’une « effigie funéraire ». Celle-ci devait autrefois être composée d’une statuette anthropomorphe ou d’un cavalier de terre cuite fixé au sommet du pseudo-calice, endossant dès lors le rôle de piédestal. Des cénotaphes tels que celui-ci, malheureusement fragmentaire, marquaient l’emplacement de centaines de sépultures réunies dans les nécropoles du système de Bura Asinda-Sikka, aux environs de Niamey. D’autres formes de récipients renversés supportaient les statuettes commémoratives des défunts, mais les modèles oblongs sont, par leur taille, les plus impressionnants. Chapeautées de sculptures anthropomorphes, ces effigies de terre cuite plantées dans le sol devaient sembler grandeur nature. Parfois, l’élément inférieur, c’est-à-dire le calice renversé, adopte des traits naturalistes, évoquant un visage. Dans le cas présent, l’abstraction des motifs qui couvrent la surface domine. Ainsi, outre la silhouette phalliforme de cette terre cuite cylindrique, une oreille stylisée est modelée en léger relief sur le côté droit, mais absente sur le côté gauche. Seul un pan central de la jarre est orné d’un réseau complexe de motifs linéaires disposés en registres autour d’un axe de symétrie vertical.

Poser une question sur ce produit